Vous êtes ici : Accueil > Bloc-notes > Comment rendre une vidéo accessible ?
 
28/09/2012 [FAQ accessibilité Web] - mise à jour : 9/10/2012

Comment rendre une vidéo accessible ?

Comment rendre une vidéo accessible ? Réponse à cette question de ma FAQ/base de connaissance accessibilité Web personnelle tirée de la liste de discussion des experts du groupe Accesstech.

La question de Benoît est :

"Malgré une lecture des recommandations du RGAA, je suis à la recherche d'une réponse claire sur l'accessibilité de vidéos.

Nous visons un niveau A ou AA pour la consultation de vidéos sur site internet. Ces vidéos sont hébergées sur une plate-forme spécifique (youtube ou vimeo).

Pouvez-vous me dire quels sont les critères nécessaires et suffisants pour atteindre le niveau A (retranscription du contenu de la vidéo ? sous-titres en fichiers séparés ? un seul des deux critères ? absolument les deux ?) ?

De même pour le niveau AA ?"

Réponse de Jean-Philippe :

"Voici un petit rappel personnel sur cette question que j'ai abordé au w3cafe :
http://www.centre-inffo.fr/blog/accessibilite/spip.php?article14

WCAG :

  • Niveau A
    • Sous-titres
    • Audiodescription ou «alternative» (transcript)
    • Accessibilité au clavier
    • Mettre en pause, arrêter, masquer
    • Contrôle du son
  • Niveau AA
    • Pas de piège au clavier
    • Audiodescription
  • Niveau AAA
    • Transcript
    • Langues des signes
    • Pas d'arrière-plan sonore

Voir la liste pour le RGAA : http://www.rgaa.net/-Multimedia-.html

Il est plus facile de décrire le niveau AAA du RGAA pour comprendre que seule la langue des signes et les vidéos psychédéliques sont sortis du référentiel.

5.7 - Présence d'une description audio synchronisée étendue pour les contenus visuels animés ou les médias synchronisés (AAA)
5.17 - Absence totale de changements brusques de luminosité ou des effets flash rouge à fréquence élevée (AAA)
5.31 - Présence de version en langue des signes française facilitant la compréhension des médias synchronisés (AAA)
5.32 - Pertinence de la version en langue des signes française (AAA)
5.33 - Niveau sonore de la piste de dialogue (AAA)
5.34 - Présence d'un mécanisme pour personnaliser la couleur d'avant plan et d'arrière plan des blocs de texte (AAA)

Au final : 
Pour le RGAA, qui est un niveau AA, il vous faut :

  • Les sous-titres, 
  • l'audio-description,
  • le player accessible au clavier
  • et la retranscription alternative

Attention aux publics visés : considérer que le sous-titrage  ne vous fait prendre en compte que la surdité, alors que la retranscription visent les personnes déficientes visuelles.

Enfin le RGAA ne peut être considéré en version simple A, la seule chose que vous pourrez faire c'est signaler dans votre déclaration que ce point n'a pas encore été traité pour l'instant. Cela reste un chantier en cours, vous ne serez pas exonéré de ce critère, vous ne faite que prévenir l'utilisateur d'un délai pour le faire.

Pour ma part : les critères techniques les plus oubliés en production sont ceux du player accessible au clavier, alors que les sous-titrages ne sont qu'une question de production."

Complément de Benjamin :

"Je trouve que les plateformes vidéos type youtube, vimeo, etc. ne sont pas adaptées sur ce type de problématiques.

Il y a quelques temps de cela j'avais regardé ce sujet et avais sélectionné le JW Player car il possède plusieurs plugins (d'un coût relativement faible) gérant l'audio-description, le sous-titrage, contrôle clavier ...

De plus, plusieurs sites possédant ce player ont reçu des labellisation accessiweb bronze ou argent (CG du Pas de Calais par exemple)."

Celui d'Olivier :

"Pour être tout-à-fait complet : au niveau A on ne sous-titrera que les contenus pré-enregistrés. Au niveau AA, il faudra aussi sous-titrer les contenus en direct (et ça, c'est chaud...). Mais ça ne change rien à l'objectif de niveau AA, qui revient en gros à tout sous-titrer.

Pour ma part, je me méfie des positions de type 'tel critère est pour telle catégorie d'utilisateur (sous-entendu : telle déficience)'. Car cela peut amener des contresens ou des choix impropres. Les sous-titres par exemple ont un intérêt pour les personnes qui ne maitrisent pas suffisamment la langue parlée, ceux qui préfèrent lire qu'écouter, ou encore ceux qui ne peuvent pas monter le son (open space, lieu public...). D'ailleurs les critères sont une synthèse de différents besoins induits par différentes situations utilisateur. C'est pourquoi je dirais que les sous-titres sont pour les personnes qui n'ont pas accès, ou pas "suffisamment", à l'information contenue dans la bande-son, et qui n'a pas d'équivalent visuel.
Nuance, certes, mais il est important de la comprendre pour ne pas faire fausse route sur certains cas limites.

A noter que pour les sous-titres, l'audiodescription, ou la langue des signes (bref, pour tout contenu additionnel à une vidéo), on a 2 possibilités : soit associer ce contenu à la vidéo via le player (bouton d'activation) ; soit proposer une version sous-titrée, signée, ou audiodécrite. Ca se fait très simplement : à proximité de la vidéo d'origine, on place un lien vers la même vidéo sous-titrée, signée, ou audiodécrite. Cette tactique (qui n'est pas sans inconvénient, mais finalement assez peu) permettant de contourner les limitations techniques d'un lecteur que l'on ne souhaite pas, ou ne peut pas, modifier.

Je n'ai pas contrôlé les vidéos du site pasdecalais.fr, mais sachant qui est derrière, je pense que la raison de l'absence d'audiodescription (AD) est la suivante :

  • soit la bande son contient déjà toutes les informations nécessaires, auquel cas l'AD est inutile, voire parasite
  • soit une AD serait nécessaire, mais ne peut être insérée par manque d'"espace" sonore.

En effet, il ne faut pas qu'il y ait de chevauchements sonores avec la bande son d'origine (voix en particulier), sinon le résultat est encore pire que de ne rien faire du tout. Cas typique où le mieux est l'ennemi du bien... car pour justifier une AD, il faut qu'il y ait une valeur ajoutée pour l'utilisateur.

Lorsque le cas se présente (AD nécessaire mais bande-son trop chargée) on peut envisager une AD étendue (la vidéo est figée le temps de prononcer la description sonore). Mais c'est du niveau AAA car cette pratique implique de modifier le contenu source, ce qui n'est pas toujours possible (problèmes de droits, de compréhension...)."

Et, enfin, le complément de Johan :

"Une ressource qui pourrait vous intéresser : http://wiki.accede-web.com/notices/accessibilite-video

Il s'agit d'un brief pour la prise en compte de l'accessibilité dans les vidéos.
On y retrouve les bonnes pratiques à suivre en phase de conception (scénarisation, montage, etc.) et des recommandations pour la réalisation des transcripts, du sous-titrage et de l'audiodescription."

Pour en savoir plus, les détails de la discussion complète sur le sujet : http://archives.rezo.net/archives/accesstech.mbox/LZNGKQRHOKVTRE3OSDPJ4SHH4RKUYI4N/

Sélection de sites sur des sujets connexes

Pour aller plus loin

 
 
Le site perso de Hervé CHUZEVILLE - www.chuzeville.com - © Hervé Chuzeville 1996-2017