Vous êtes ici : Accueil > Bloc-notes > Le scandale des nanoparticules et perturbateurs endocriniens dans les crèmes solaires
 
29/05/2014 [Santé] - mise à jour : 16/06/2014

Le scandale des nanoparticules et perturbateurs endocriniens dans les crèmes solaires

Crème solaire Anthelios Dermo-Pediatrics de La Roche Posay, sans nanoparticules

L'objet d'une crème solaire est de protéger sa santé contre le vieillissement prématuré de la peau, les allergies cutanées et surtout les cancers de la peau, parmi lesquels le mélanome. Mais le comble est que beaucoup de crèmes solaires contiennent des éléments néfastes pour la santé : perturbateurs endocriniens, nanoparticules, allergènes, voire alcool si c'est un des ingrédients principaux. Quelle crème solaire choisir alors, efficace, sans nanoparticules, sans perturbateurs endocriniens et sans allergènes ?

Une première base de test et de classement par les magazines de consommation

Pour répondre à cette question du choix d'une crème solaire efficace, sans nanoparticules, sans perturbateurs endocriniens et sans allergènes, aidons-nous des tests-comparatifs des magazines 60 Millions de consommateurs n°462 de juillet-août 2011 et Que Choisir n°516 de juillet-août 2013.

On notera, tout d'abord, que les deux magazines tombent plutôt d'accord sur la qualité globale de 2 crèmes qu'ils ont testées tous les deux (en deux versions de niveau de protection différentes chacunes) :

  1. Anthelios Spray de La Roche Posay, qui est le "meilleur choix" de Que Choisir en 2013 et qui est "le choix de 60 Millions de consommateurs" en se plaçant en seconde position dans son comparatif 2011 des crèmes solaires moyenne protection ;

  2. Vichy Capital soleil spray qui est un "bon choix" de Que Choisir en 2013 (2ème du comparatif) et 4ème du comparatif des crèmes solaires haute protection de 60 Millions de consommateurs en 2011 avec une note de 16/20 (le 1er obtenant 16,5/20).

Ce premier du test des crèmes solaires haute protection de 60 Millions de consommateurs en 2011 est la crème Avène Spray enfant (Avène appartenant à Pierre Fabre, tandis que La Roche Posay et Vichy appartiennent tous deux à L'Oréal). Avène qui confirme sa position de meilleur choix en 2015 dans le n°506 de juillet-août du magazine 60 Millions de consommateurs, avec sa version "Lait haute protection peaux sensibles" (indice 30).

Haut de page

Des nanoparticules dangereuses pour la santé dans les crèmes solaires

Cependant, mêmes ces "meilleures" crèmes, selon ces magazines, ne sont pas la panacée pour la santé :

  • La Roche Posay et Vichy Capital soleil ont confirmé à 60 Millions de consommateurs, en 2011, la présence de nanoparticules dans leurs produits. D'ailleurs, en mai 2014, la composition de ces crèmes solaires indique bien (sur leur flacon) "[nano]" dans la liste des composants, l'indication de la présence de nanoparticules dans les cosmétiques étant devenue obligatoire en juillet 2013 ;

  • Si le spray solaire enfant Avène est annoncé sans parabens et sans parfum, il contiendrait, lui aussi des nanoparticules, selon les tests 2011 de 60 Millions de consommateurs.

Or, nous apprend 60 Millions de consommateurs, le 14 juin 2011, l'Agence française de la sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a rendu public son "Rapport relatif aux nanomatériaux dans les produits cosmétiques" dans lequel elle indique que le franchissement de la barrière cutanée ne peut pas être exclu pour le dioxyde de titane et l'oxyde de zinc à l'état de nanoparticules, particulièrement sur une peau lésée, par exemple, par un érythème solaire (autrement dit un "coup de soleil"). Elle déconseille aussi d'utiliser les produits contenant des nanomatériaux en sprays aérosol ou en poudre, sur le visage, ou dans des locaux fermés "en l'absence de données toxicologiques permettant de caractériser le danger par voie respiratoire" (en clair : par principe de précaution).

Cela confirme le rapport publié en 2010 par l'Agence française de sécurité sanitaire, de l'environnement et du travail (Afsset), également cité par le magazine de consommation, et qui sème le doute en évoquant "l'incertitude liée à la flexion mécanique de la peau, qui serait susceptible de favoriser la pénétration des nanoparticules". Selon ce rapport, c'est surtout la présence de lésions sur la peau, en particulier les brûlures (par exemple les coups de soleil), qui pourrait servir de porte d'entrée aux nanoparticules.

Haut de page

Du dioxyde de titane cancérigène

Or le dioxyde de titane est classé "cancérogène possible pour l'Homme" par le Circ (Centre d'information et de recherche sur le cancer), qui dépend de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), même si ce potentiel cancérogène a été mis en évidence par voie respiratoire et pour une forme cristalline différente de celle utilisée généralement dans les cosmétiques. De plus, Fabrice Nesslany, chef du service de toxicologie génétique à l'Institut Pasteur de Lille, qui avait présidé le groupe de travail à l'origine du rapport de l'Afsset, indique que "les nanoparticules peuvent perturber le fonctionnement des cellules, du fait de leurs dimensions identiques à certains organites présents à l'intérieur de celles-ci". Et d'ajouter : "Toutefois, c'est avant tout leur extraordinaire réactivité qui interroge. Même sous forme d'agrégats (taille supérieure à 100 nm), ces matériaux présentent une surface spécifique d'au moins 60 m2/cm3". Pour prendre une image, c'est un peu comme si une particule de la taille d'un ballon de football avait la capacité d'interagir avec une surface grande comme quarante terrains de football.

Haut de page

Et l'oxyde de zinc ?

L'oxyde de zinc serait-il, lui aussi, mauvais pour la santé ? C'est en tout cas ce que laisse supposer les allégations sur l'emballage de la crème solaire bio Eubiona SPF 30 en 2012 qui se vante être "sans : filtre solaire synthétique, colorant, parfum ni conservateur artificiels, nanotechnologies, oxyde de zinc, PEG, paraben". J'ai, en tous cas, été satisfait de cette crème dont j'avais dû lire des avis positifs sur Internet.

Haut de page

Des filtres chimiques causes d'allergies...

D'autre part, les crèmes mises en avant par Que Choisir et 60 Millions de consommateurs comportent également des filtres chimiques, molécules auxquelles on reproche d'être potentiellement allergisantes. Des cas d'allergies à l'oxybenzone (ou benzophénone-3), un filtre courant, sont répertoriés.

Haut de page

...et perturbateurs endocriniens

Plus grave, l'oxybenzone, ainsi qu'une demi-douzaine d'autres filtres chimiques, sont soupçonnés d'être des perturbateurs endocriniens, c'est-à-dire des substances qui perturbent le fonctionnement des hormones et qui sont susceptibles d'agir sur la fertilité ou le développement du système reproducteur. Notamment, le 4-MBC (camphre de 4-méthylbenzylidène) est considéré comme l'un des filtres UV ayant l'action oestrogénique la plus puissante. C'est également un anti-androgène et il affecte les hormones progestérone et thyroïdienne. 60 Millions de consommateurs note que, dans son test de 2011, seules les crèmes solaires Lancaster, Yves Rocher et Lovea Kids testées contiennent un filtre chimique de la liste noire dite "liste SIN" (pour "substitution immédiate nécessaire") publiée par une coalition d'associations non gouvernementales européennes : il s'agit du méthoxycinnamate d'éthylhexyle. Dans son essai de 2013, Que Choisir, quant à lui, a trouvé ce filtre chimique de la liste noire SIN dans les crèmes solaire Clarins Spray solaire lait fluide douceur 20, Eucerin Sun LEB protection crème-gel 25 et Sephora crème solaire ajustable 15-30-50 qu'il déconseille d'acheter. Le magazine dénonce également la présence de propylparaben, un perturbateur endocrinien à risque oestrogénique significatif, dans la crème solaire Carrefour Les cosmétiques design Paris Sun protection lait 30 et de cyclopentasiloxane, un perturbateur endocrinien à faible risque oestrogénique, dans les crèmes solaires Cien, Roc, Soleil Biafine, Ambre solaire, Lancaster et Carrefour testées en 2013.

Haut de page

Et des conservateurs

Enfin, Que Choisir, note, dans son test 2013, la présence de conservateur (le phénoxyéthanol) à limiter chez les tout-petits dans les références Mixa, Biotherm, Nivea Sun, L'Oréal Paris, Ambre solaire, Soleil biafine, Annemarie Börlind, Clarins et Eucerin. 60 Millions de consommateurs conseille, d'ailleurs, de faire attention également à l'alcool (éthanol), surtout quand il fait partie des ingrédients principaux (mentionnés en tête de liste) d'une crème solaire. C'est le cas des crèmes solaires Nivea, La Roche-Posay, Cosmence, Santé et Vichy de l'essai 2011 du magazine.

Haut de page

Le dilemme de la crème solaire

En somme, il est très compliqué de trouver une crème solaire sans inconvénient pour la santé :

  • les filtres chimiques posent question quant à leur impact sur l'organisme, sont potentiellement allergènes ou perturbateurs endocriniens

  • et les filtres minéraux peuvent être cancérogènes ou au moins posent également question quant à leur impact sur l'organisme, particulièrement sous forme nanotechnologiques.

Et même les crèmes solaires bio, dont les cahiers des charges interdisent les filtres chimiques et les parabens, ne sont pas parfaites :

  • certaines pourraient contenir des nanoparticules, bien qu'interdites dans leurs cahiers des charges, selon 60 Millions de consommateurs. Bergasol bio et Melvita Prosun ont cependant contesté les résultats du magazine, ce que pourrait conforter la "critique de la texture trop épaisse de la crème solaire Melvita et la sensation de peau collante" alors même que le magazine indique que "les filtres minéraux sont moins gras que les filtres chimiques, mais ils donnent un aspect blanchâtre à la peau, sauf sous forme nanométrique où ils deviennent transparents".

  • il peut arriver que l'indice de protection soit inférieur à celui annoncé. C'était le cas pour le lait solaire Family Naturkosmetik lors du test 60 Millions de consommateurs de 2011, mais le fabricant a changé sa formulation depuis. Il en était de même pour UVbio concernant la protection contre les UVA. Melvita Prosun n'avait, lui, pas tout à fait obtenu la note maximale sur ce critère la même année. Cependant, Bioregena et Bergasol, lors de l'essai 60 Millions de consommateurs de 2011, et Lavera spray solaire familial IP15, lors du test Que Choisir de 2013, ont obtenu les notes maximales de leur comparatif.

  • bien que (mais aussi parce que) elles utilisent majoritairement des produits naturels, les crèmes solaires bio peuvent comporter des allergènes, à l'instar du spray solaire familial Lavera IP15 qui n'est pas bien noté sur ce critère en 2013.

Haut de page

Alors, au final, quelle crème solaire choisir pour cet été 2019 ?

Pour des bébés ou des enfants, si on veut une crème d'indice de protection maximale (SPF 50+), on est obligé de partir sur une crème conventionnelle. Je choisirais alors la crème ou le spray Anthelios Dermo-Pediatrics qui ne mentionne pas de "[nano]" (particules) sur son étiquette (contrairement à d'autres versions de la crème Anthelios, d'où l'importance du modèle "Dermo-Pediatrics") et qui vante "une nouvelle formule encore plus minimaliste sans parfum, sans paraben, allégée en filtres chimiques et avec une garantie d'un taux de nickel inférieur au seuil déclencheur de réactions allergiques chez les sujets sensibilisés".

Les autres modèles de La Roche Posay ou les crèmes solaires conventionnelles des autres marques que j'ai consultées comportaient des nanoparticules. Je n'utiliserai donc plus, jusqu'à nouvel ordre, de crèmes Nivea ou même Avène Spray enfant que j'ai utilisées par le passé.

Pour un adulte ou pour une peau peu sensible aux coups de soleil, je choisirais bien une crème solaire bio qui, de part son cahier des charges, présente plus de garanties santé.

Je suis pour l'instant refroidi par la crème Melvita que j'ai pu utiliser une année par le passé et pour laquelle j'avais été déçu par la consistance (difficile à étaler, très épaisse et très blanche ; elle a cependant pu faire des progrès depuis). L'idéal serait un nouveau test de cette crème par les magazines de consommation, notamment pour enlever le doute sur les nanomatériaux.

Je pourrais donc partir à nouveau sur la crème Eubiona et serais également tenté de tester le spray (ou la crème) Lavera car j'ai, en tous cas, adopté le lait après soleil Lavera pour sa consistance et son odeur très agréables !

Haut de page

Vos commentaires

Haut de page

Sélection de sites sur des sujets connexes

Voir aussi :

Haut de page

Pour aller plus loin

 
 
Le site perso de Hervé CHUZEVILLE - www.chuzeville.com - © Hervé Chuzeville 1996-2018